Rechercher

26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 22:03

Nantes

Chapelle de l’Oratoire

 

27 février – 10 mai 2009


Guy-Claude François, scénographe,

"Construire pour le temps d'un regard"


Guy-Claude François MacBeth de Verdi mise en scène  Jean-Claude Mast Opéra de Nancy

Exposition du Musée des Beaux-Arts de la Ville de Nantes


Conservateur : Blandine Chavanne

Commissariat scientifique : Danièle Pauly, Marcel Freydefont

Scénographie : Dimitri Shumelinsky


En partenariat avec

L’Ecole nationale supérieure d’architecture de Nantes (Département Scénographie)

Le Grand T, scène conventionnée théâtre

Avec le soutien  de la DMDTS, de la Région Pays de la Loire et de la DRAC Pays de la Loire

 

Cette exposition est conçue pour être itinérante.

 

Art de l’éphémère, architecture de l’imaginaire vouée à révéler la présence, la voix et le vivant, la scénographie est, par excellence, la pratique où se génère une poésie de l’espace, des lieux, des formes, des matériaux et de la lumière. L’exposition consacrée à l’œuvre du scénographe français Guy-Claude François, travaillant notamment au Théâtre du Soleil, est prétexte à proposer quelques clefs pour pénétrer le processus de création de l’artiste, comprendre les conditions de la conception et de la mise en forme de l’espace théâtral, mais aussi cinématographique, pour, en quelque sorte, dévoiler « l’autre côté du miroir ». Habituellement, la scénographie se fond dans la représentation. Elle fait place, elle ne se donne pas à voir : elle donne à voir, construisant un espace pour le temps d’un regard et d’une écoute. Cette exposition met en exergue cet art discret et célèbre un scénographe actif depuis plus de 40 années, dont l’œuvre variée est considérable.

 

Quelles références viennent alimenter la démarche du projet ? Á quelles sources l’imaginaire de l’artiste vient-il puiser ? Comment se met en œuvre cette alliance entre la poétique et la technique au service d’un drame, d’un récit, d’une histoire ? Comment se matérialise l’aller-retour entre une intention et la matière de la scène ? Comment se développe le processus de la conception ? Quel est le lien entre une dramaturgie, une mise en scène, le jeu et l’espace ?

 

Le travail de Guy-Claude François se caractérise à première vue par un éclectisme qui puise tant dans le champ de la géologie, de l’archéologie, de la climatologie, de l’histoire de l’architecture, savante et populaire, de l’histoire de l’art et des civilisations, des religions, de la littérature, que dans les cultures du monde moderne ; et au fil de ses réalisations toutes tendues vers la révélation sur scène d’une écriture dramatique, lyrique ou filmique à chaque fois singulière, le langage scénographique exprimé dans les matières, les couleurs, les lumières, révèle à son tour un monde poétique incessamment recréé et renouvelé, révèle une facture, une vision, un style, jamais figé.

 

Ainsi, l’exposition vise à présenter les principaux aspects de la démarche scénographique de cet artiste, à évoquer au fil des œuvres choisies les sources d’inspiration et ses principales références, à exposer dessin après dessin le cheminement d’une « idée d’espace », à dévoiler quelques-uns des artifices propres à l’univers théâtral et cinématographique, à montrer quelques bribes de la matérialisation de ces divers univers poétiques, à répertorier plusieurs exemples, parmi les plus représentatifs, des langages esthétiques explorés par le scénographe. Notamment, l’exposition fait une part importante au Théâtre du Soleil. L’exposition sera accompagnée à Nantes de manifestations associées (l’exposition Dramaturgie/Scénographie conçue en 1992 par Guy-Claude François, projection de films, une rencontre avec Ariane Mnouchkine et Guy-Claude François)

 

Partager cet article

union des scenographes - dans Expositions
commenter cet article

commentaires

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog