Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 12:47

Chers amis scénographes,

 

Suite à l’assemblée générale de l’UDS du 17 février 2010 et à l’élection du nouveau président et du CA, un échange de points de vue a eu lieu de manière très fructueuse et je pense que nous devons continuer à débattre par E-mail ou sur le Blog des questions en cours concernant l’exercice de la scénographie

 

Pour ma part je remarque depuis plusieurs années une évolution de ma pratique liée à une collaboration de plus en plus étroite avec le créateur lumière.Souvent ce dernier découvrait

la scénographie une fois installée sur la scène et n’avait plus qu’à l’éclairer.

Impossible aujourd’hui, au vu des mutations esthétiques, d’inventer un espace sans concevoir en même temps la lumière qui va le faire vivre. Si un créateur vidéaste est requis, la question s’ouvre de la même manière.

 

Ce qui évidemment peut poser la question du droit d’auteur, du droit à l’image, de qui signe quoi…

Car en référence au terme « scénographie » eux aussi, chacun dans son domaine, « dessinent » l’espace.

 

A remarquer : des créateurs signent la scénographie et la lumière.

 

Par ailleurs, les créateurs lumière qui viennent de se regrouper dans l’UCL (Union des créateurs lumière) tiennent  à nous rejoindre dans cette lutte qui dure depuis des années pour nous faire admettre comme artiste par le répertoire des métiers du Syndéac et par les caisses de Retraites et non comme technicien suivant la nomenclature actuelle.Car ce qui est en jeu dans le régime des salaires, c’est le statut de cadre, que nous pouvons légitimement demander et qui nous est accordé le cas échéant, suivant le bon vouloir des administrateurs.

       Affaire à suivre…

 

.A l’heure où l’on parle de la « scénographie » d’un roman (parle-t-on de l’agencement des chapitres ou des lieux qui y sont décrits),je trouve passionnant de poursuivre nos petites joutes théoriques :

 

-    Rendre un espace apte à la représentation pour la scène et à la présentation pour les scénos d’exposition est-ce une différence de formulation alors qu’il s’agit toujours d’une fiction ?

-    D’autre part,les Arts de la Rue s’inscrivent-il dans le champ du réel ou du représenté ?

-    Les modes de convocation du public diffèrent, l’espace-temps ouvert à chaque forme également.

-    Une soirée pour le théâtre, quelques heures pour une exposition, une journée pour un parcours déambulatoire, à chaque type de durée correspond un mode d’être de l’intervention scénographique.

-    S’il s’agit de faire émerger l’imaginaire au sein du réel,de déplacer les frontiéres établies entre deux mondes complémentaires mais irréductibles l’un a l’autre,le Réel et le Représenté,encore faut-il s’ entendre sur la limite, certes mouvante, entre les deux.

Peut-on faire scénographie de tout ?

 

Bien scénographiquement votre

 

GERARD DIDIER.

 

 

 

 

 

Repost 0